Sélectionner une page
Le Parc

Personnes et festivals (Culture populaire)

L’agriculture et l’élevage – principalement le pâturage – ont été les activités économiques qui ont façonné le mode de vie des habitants de la rivière Martín. La vie de la société rurale dans laquelle se trouve le parc culturel de la rivière Martín a tourné autour des cycles de l’agriculture et de l’élevage.

Et l’homme a organisé ses fêtes en fonction de son travail ou de son soutien économique, de la période de l’année, du climat et, en somme, de son mode de vie. Et tout tournera dans ce sens « quotidien » ou « festif », au point que l’Église respectait les cycles agricoles, semailles et récoltes, et pastoraux, en se basant sur la divinité rites d’action de grâce pour les récoltes , pétition pour la fertilité du terrain et la protection des animaux domestiques essentiel pour le développement économique d’une société rurale traditionnelle. Le Centro de Interpretación de la Cultura Popular d’Albalate del Arzobispo, avec esprit et acuité didactique, incarne ces deux aspects « travail et fête ». Une équipe de plus de 30 personnes a travaillé pendant deux ans pour compiler la culture populaire du parc culturel, réalisant des enregistrements, prenant des photos et interviewant plus de 500 personnes. Le résultat a été la création de l’archive orale Río Martín, avec une double archive sonore et visuelle.

Dans ce sens, nous trouvons une série de célébrations et d’actes symboliques, comme les fêtes d’hiver, dont les rites sont basés sur l’adieu de l’hiver pour célébrer l’arrivée du printemps « la croissance du jour » et le retour aux travaux agricoles.

Un cycle qui commencerait avec St. Anton et les Saints Martyrs (St. Fabian et St. Sebastian) pour se terminer le 14 février avec Le jour de la Saint-Valentin et qui décrit l’expression populaire « Saint-Valentin « . Pour San Antón (17 janvier) un petit pas de souris fait grandir le jour, Pour Santa María (2 février) une heure et demie pousse le jour, pour San Blas (3 février) un peu plus ou celle qui dit, en se référant aux premiers jours de février, « … ». le premier est d’il y a un jour, le second est Santa María, le troisième est San Blas, le quatrième n’est rien et le cinquième est Santa Águeda . « .

Et en effet, l’hiver touche à sa fin, le jour s’allonge et il faut préparer les travaux agricoles en demandant la médiation ou l’intervention des Saints et des divinités. De là est venu, comme le veut la tradition dans la plupart des villages de la rivière Martín, le rite purificateur du feu qui consiste à allumer des feux de joie à l’entrée des villages, illuminant l’image des Saints, installés dans des peirons ou dans des chapelles ouvertes, qui escortent et gardent les maisons et invoquent leur intervention contre la peste afin qu’elle n’affecte ni les bêtes ou les animaux domestiques – le pilier de l’économie familiale – ni les hommes, et c’est là que le Saint Martyrs (Saint Fabian et Saint Sebastian) et Saint Anton.

Des gâteaux, des roscones et des pâtisseries sont bénis pour San Blas, qui doit être mangé pour sauver la gorge, et il est considéré comme le saint patron des cardeurs de laine. À Sainte-Agathe, les femmes soumises et travailleuses, qui sonnent les cloches, prennent le contrôle du village en chantant. « A Sainte Agathe, bénie (ou sacrée), nous venons chanter, afin qu’elle garde pour nous notre tétine et celle du sacristain ». « dansant dans des rondavels en se tenant la main sur la place du village. Néanmoins, la sainte protège les femmes pendant l’accouchement et l’allaitement, ce qui lie son patronage à la fertilité. Le cycle se termine par la Saint Valentin, qui était à l’origine une fête des bergers et était célébrée en l’honneur de Saint Faunus. La célébration du saint garantissait la fertilité des champs et des troupeaux et fut progressivement associée à la fête de deux martyrs romains nommés Valentin, patron des amoureux, de l’amour, et donc de la fin de l’hiver et de la résurgence de la vie et de la fertilité de la terre.

Pendant la semaine sainte, le dimanche des Rameaux et le dimanche de Pâques sont également particulièrement célébrés. La tradition de la bénédiction des palmes et des branches d’olivier est maintenue. Les processions de la Semaine Sainte sont respectées dans toutes les localités, mais elles sont particulièrement significatives à Albalate del Arzobispo, en raison de la prééminence singulière et du rugissement du grand nombre de tambours et de grosses caisses qui y participent. Cette ville fait partie de la célèbre Ruta del Tambor y el Bombo del Bajo Aragón, et ses tamborradas ont été déclarées patrimoine immatériel de l’humanité par l’UNESCO.

Il reste les pèlerinages, fêtes de printemps , aux sanctuaires situés dans le Parc ou dans les zones voisines, auxquels les habitants de la région participent avec beaucoup de dévotion et de ferveur, en disant adieu au printemps, en remerciant pour les semailles et si le temps a été clément ». Mars venteux Avril pluvieux « .

Le lundi de Pâques, après la fête de Pâques, Oliete et les villages environnants se rassemblent en pèlerinage à l’ermitage de San Pedro et à l’ermitage de la Virgen del Cantal. Le 22 mai, Montalbán a célébré le pèlerinage à l’ermitage de Santa Quiteria à Peñarroyas. La chapelle est aujourd’hui en ruines. Torre de las Arcas célèbre le pèlerinage de la Virgen de Oto en juin. En juin également, à l’occasion de la Pentecôte, la plupart des localités qui composent le Parc culturel célèbrent la pèlerinage au Sanctuaire de Ntra. Mme del Olivar à Estercuel, coïncidant avec des personnes des régions voisines. Le lundi de Quasimodo et le dimanche suivant, les habitants de la région célèbrent le pèlerinage au sanctuaire de la Virgen de Arcos à Albalate del Arzobispo.

AUTRES FÊTES IMPORTANTES

Certains jours des fêtes religieuses sont également célébrés de manière spéciale dans le parc culturel. C’est le cas de San Isidro labrador (15 mai), que les paysans emmènent en procession dans les vergers pour bénir les champs et lui demander la santé et une bonne récolte. Le jour de la Saint-Jean (24 juin), dans certaines localités, il était traditionnel de descendre à la rivière pour se laver le visage, à minuit, pendant que les carillons sonnaient, de nos jours, certaines personnes âgées conservent cette tradition. 15 août célébrant Notre Dame Dans certains villages, deux « mayordomesas » – jeunes femmes célibataires – remettent aux personnes assistant à la messe des bouquets de basilic bénis – que leurs familles ont plantés et soigneusement entretenus – et prennent soin de la Vierge tout au long de l’année. Huit jours plus tard, le jour de l' »octave », les jeunes femmes sont remplacées par deux autres jeunes compagnes non mariées. Sainte Barbe (4 décembre) est invoquée pour protéger les mineurs, en particulier dans les localités où cette activité a marqué l’économie de la commune depuis le premier tiers du siècle dernier, lorsque les mines de lignite ont commencé à être exploitées dans la région. Aujourd’hui, elle est particulièrement importante à Ariño.

Un autre jour important est le Corpus Christi, qui est généralement célébré entre fin mai et juin. Dans la procession, 4 hommes tiennent le pallium accompagnant le prêtre qui porte le Corpus Christi ou « Santísimo » comme on appelle la forme sacrée dans la région, en passant par un manteau de pétales de fleurs qui couvre la rue en marquant la direction de la procession et en s’arrêtant à divers autels qui sont distribués sur les places et les portes.

LES FESTIVITÉS DU SAINT PATRON. LES FESTIVITÉS DE L’ÉTÉ

En été, après la récolte, les fêtes patronales sont organisées dans la plupart des villes, souvent le week-end, pour encourager le retour au village des personnes qui ont émigré pour travailler : Montalbán Le festival a lieu le deuxième week-end de septembre en l’honneur de la Virgen del Castillo et de San Fa. Le premier week-end de septembre, ils célèbrent les fêtes de l’Ange ou des jeunes hommes. Peñarroyas autour du 15 août en l’honneur de San Roque. Torre de las Arcas du 8 au 12 août en l’honneur de San Miguel. Obón les festivités de la Vierge pour le 15 août. Alcaine pour San Agustín le 28 août, qui est avancé au week-end précédent. Oliete le 24 août San Bartolomé et du 13 au 16 septembre en l’honneur de la Virgen del Cantal et de l’exaltation de la Sainte Croix. Alacón le 15 août pour San Roque et le 29 septembre en l’honneur de San Miguel. Ariño autour du 15 août en l’honneur de San Salvador et San Roque. Albalate del Arzobispo clôture le cycle des fêtes la dernière semaine de septembre en l’honneur de la Virgen de Arcos.

Les hommes et les femmes du parc culturel de la rivière Martin adaptaient leurs vêtements en fonction du temps, des besoins de la région et de leur travail « quotidien », ou des occasions commémoratives et des célébrations « festives » pour échapper à la routine quotidienne, en fonction également du sexe, de l’âge et du statut social de la personne. Pour toutes ces raisons, il serait erroné de parler d’un seul costume traditionnel.

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos. Configurar y más información
Privacidad