Sélectionner une page
Itinéraires

Alacón-Oliete. Ravin de Barranco del Mortero (Pequeño Recorrido PR-TE 114)

Données techniques

Horaire : 3 h 30 min
Dénivelé (+) : 175 m
Dénivelé (-) : 500 m

Distance : 14,5 km
Type de piste : Chemin
Gravité de l’environnement : 2

Orientation sur l’itinéraire : 2
Difficulté : 2
Effort nécessaire : 3

Télécharger les pistes

Description de l’itinéraire

Nous proposons le tracé du PR-TE 114 comme croisement. Par la route dite de Las Ventas (TE-V-1101), on peut atteindre la plaine de Borón, où se trouve la tête du ravin de Mortero, à quelques kilomètres de la ville d’Alacón. Un stand d’information et un espace aménagé en point de vue accessible sur le ravin nous accueillent. De là, nous commencerons la descente du ravin. Un ensemble d’escaliers dans un petit cours d’eau permet d’accéder au cours supérieur, caractérisé par une falaise abrupte, qui donne lieu à une chute d’eau spectaculaire à la saison des pluies, et un étang au pied de celle-ci.

Autour du promontoire, quatre abris avec des peintures rupestres sont répartis de manière stratégique. Ils entourent le promontoire du radeau de la falaise, un terrain de chasse imbattable pour les peintres préhistoriques. Une table d’interprétation aidera le randonneur à comprendre ce paysage en relation avec son occupation préhistorique et à identifier les nombreux oiseaux qui trouvent refuge dans les creux et crevasses du ravin. Les vautours, les percnoptères, les crécerelles, les poulets et les corbeaux freux, parmi de nombreux autres oiseaux vivant sur les rochers, seront des compagnons inséparables pendant notre descente.

Après 2 heures, nous atteignons le Cerro Felio, qui s’élève sur la rive gauche du ravin, laissant derrière lui les canyons de la tête du Mortero. Dans la cingleraie rocheuse de la colline, on trouve de nombreux vestiges d’enclos creux en pierre sèche, utilisés jusqu’à une époque récente par les bergers pour enfermer leur bétail pendant la nuit. En plus de ces enclos traditionnels, de nombreuses clôtures protègent les peintures rupestres, qui sont également alignées le long de la cinglera.

Un chemin qui part du sentier qui occupe le lit rocheux du ravin nous permettra de monter jusqu’à la cinglera et de descendre le ravin Pellejas en suivant le sentier jusqu’à ce qu’il rejoigne le sentier du ravin Mortero qui nous mènera à l’Ermita et à l’étang San Miguel. Ici, nous pourrons terminer la descente du ravin si nous avons laissé les véhicules à ce point, ou continuer sur le chemin d’Alacón à Oliete.

Depuis les lavoirs traditionnels, tout près de l’étang de San Miguel, nous atteindrons en 10 minutes environ la base de la colline qui soutient la ville et qui est perforée par environ 500 caves -où est produit et conservé le célèbre vin d’Alacón-, réparties sur une série de terrasses qui s’adaptent aux courbes de niveau et à travers lesquelles le PR passe au moyen de cairns et d’indicateurs qui sont également connus comme la route des caves. Des tables d’interprétation expliquent non seulement l’architecture de ces caves, mais aussi le quartier traditionnel des aires de battage qui s’est développé au pied de la colline.

Après les caves, le chemin monte jusqu’au point le plus élevé du village, où se trouvent l’église et le centre d’interprétation paléontologique, pour commencer à descendre dans le quartier du château, en passant par l’ermitage Santo Sepulcro dans le Calvario, une tour médiévale connue sous le nom de « Torre Vieja » et le moulin à huile d’olive local, qui a maintenant été adapté comme musée. Le long d’une route en pente, le PR atteint le carrefour de la route et dans quelques mètres nous trouverons la bifurcation pour un chemin vers Oliete. Nous descendons jusqu’à l’étang de Pulgarillas, limite communale entre Alacón et Oliete, puis nous quittons le ravin de Regatillo (prolongement du Mortero et du ravin de Muela de Alacón) et nous montons jusqu’à un point élevé où nous rejoignons une piste qui devient rapidement asphaltée. En descendant à travers des oliveraies, nous atteignons un quartier de chalets et de maisons de campagne où se trouve la bifurcation vers le site ibérique de Palomar (à 7 minutes de la bifurcation). En quelques minutes, nous atteignons la jonction avec le GR-262 et Oliete.

Carte routière

Profil de l’itinéraire

Respectez le parc lors de votre visite

Recommandations et normes

Sur l’un des itinéraires balisés du parc, vous pourrez explorer des paysages d’une grande valeur écologique et paysagère, mais cette zone abrite également une importante collection de peintures rupestres protégées par la loi et déclarées patrimoine mondial.

N’oubliez pas que nous avons tous le droit de profiter de l’environnement et aussi le devoir de le préserver.

Les abris avec des peintures rupestres et certains sites archéologiques ont des clôtures de protection. Il est indispensable d’être accompagné de guides agréés. Les numéros de téléphone de contact sont disponibles dans les mairies, les offices de tourisme et les centres d’interprétation des différentes villes qui composent le parc culturel.

Il aide à la conservation des peintures rupestres. Ne les touchez pas, ne les arrosez pas et respectez les clôtures de protection. N’oubliez pas qu’elles constituent un héritage unique mais très fragile, et que nous devons les préserver si nous voulons continuer à en profiter dans le même environnement que celui dans lequel elles ont été peintes il y a des milliers d’années.

La prospection et les fouilles archéologiques et/ou paléontologiques sans les permis correspondants sont strictement interdites, conformément à la loi 3/1999 sur le patrimoine culturel aragonais. Il collabore à la préservation du riche patrimoine historique, culturel et ethnographique du parc.

Gardez l’environnement propre. Ne pas jeter de détritus ou de déchets.

Rappelez-vous qu’il est interdit d’allumer des feux, ainsi que de jeter des mégots de cigarettes, du verre et d’autres objets susceptibles de provoquer un incendie.

Respectez la nature. Ne déracinez pas les plantes, ne polluez pas l’eau et ne capturez pas ou ne dérangez pas les animaux et les oiseaux. Beaucoup d’entre eux ont leurs sites de nidification dans ces zones.

Si vous comptez marcher sur l’un des itinéraires de randonnée, portez des chaussures de sport confortables (baskets ou bottes). Bien que les itinéraires soient très accessibles, avec les bonnes chaussures, vous marcherez de manière plus sûre, en évitant les chutes et les entorses.

N’oubliez pas que vous vous déplacez dans une zone naturelle et, bien que les itinéraires soient préparés, n’oubliez pas de prendre quelques précautions. Ne quittez pas l’itinéraire balisé et faites attention en traversant des zones rocheuses et aquatiques, surtout si vous êtes avec des enfants.

Itinéraires du Parc culturel de la rivière Martín

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos. Configurar y más información
Privacidad