Sélectionner une page
Itinéraires

PEÑARROYAS-OBÓN. CANYONS DU RÍO MARTÍN I (tronçon longue distance du GR-262)

Données techniques

Horaire : 3 h 15 min
Dénivelé (+) : 360 m
Dénivelé (-) : 485 m

Distance : 9,6 km
Type de piste : Chemin
Gravité de l’environnement : 2

Orientation sur l’itinéraire : 2
Difficulté : 2
Effort nécessaire : 3

Télécharger les pistes

Description de l’itinéraire

Le premier tronçon de cette étape du GR 262 entre Peñarroyas et Obón est classé site d’intérêt géologique en Aragon. Peñarroyas est situé à la limite entre les strates géologiques du Carbonifère (plus de 300 millions d’années), facilement identifiables par leurs tons brunâtres et grisâtres à l’entrée de la localité, qui contrastent avec les grès triasiques du Buntsandtein, d’une couleur rougeâtre marquée. Plusieurs points d’intérêt géologique avec des bases interprétatives thématiques (failles, traces de séchage polygonales, rides…) donnent forme à un parcours pavé depuis le village jusqu’au mirador de Portillo, un col qui s’ouvre au sommet des Peñas Royas.

Le mirador offre une belle vue sur les environs, soulignant la polychromie du paysage, notamment le contraste entre le rouge des grès, le grisâtre du carbonifère ou les couleurs plus claires des ensembles calcaires du trias et du jurassique qui encadrent le chemin d’Obón, avec la note de couleur variée apportée par les abondantes forêts de pins, les peupliers le long de la rivière et la diversité des plantations du verger.

Du haut du point de vue du Portillo, le chemin commence sa descente. Un autre détour nous amène en 10 minutes environ à un point de vue sur les canyons des affleurements rocheux qui donnent une forme sinueuse à la rivière Martín, où nous pouvons trouver une reproduction de quelques ichnites d’Arcosaurus (un reptile de la période triasique) qui sont apparus dans cet environnement spectaculaire.

Le GR continue à descendre, en passant par les castellones, des formes géologiques fantaisistes qui ressemblent à un château, comme leur nom l’indique, et que l’érosion a sculpté dans des dolomies blanchâtres datant encore du Trias, jusqu’à atteindre une passerelle ancrée aux rochers, évitant ainsi la traversée de l’eau. Sur l’autre rive du fleuve se trouvent les ruines ou les restes de l’ermitage de San Quiteria, de tradition romane. Dans le cas où cette passerelle ne serait pas opérationnelle, il est possible d’utiliser une variante du sentier, dite du retour aux pigeonniers, qui contourne cette zone de canyons jusqu’au ravin du Val, formant également une boucle de randonnée.

Après une petite pente raide, nous nous aplanirons à travers quelques falaises rocheuses très proches de la zone des oliveraies et traverserons le ravin de La Val. Une fois de plus, le sentier descend vers la rivière elle-même, en entrant à nouveau par quelques canyons qui nous obligent à utiliser des cordes et des agrafes de main courante ou des marches ancrées dans la roche qui nous permettront, non sans un certain équilibre, de traverser le lit de la rivière sans avoir besoin d’enlever nos chaussures, ce qui n’est pas à exclure car tout dépend du cours de la rivière et si des crues récentes l’ont modifié.

Après avoir surmonté ces gorges, le chemin monte jusqu’au col de Rocha pour aplanir la pente, en observant les gorges et les falaises que l’eau a sculptées dans le calcaire jurassique à travers lequel la rivière Martín s’est frayée un chemin.

Une fois de plus, nous descendons à la recherche du lit de la rivière. Il y a ici deux zones où se trouvent deux abris avec des peintures rupestres déclarées patrimoine mondial en 1998. Des clôtures de protection en interdisent l’accès à moins d’être accompagné d’un guide autorisé. Les peintures de Cerrao sont clairement visibles de l’extérieur du treillis. Ce n’est pas le cas de celles de Hocino de Chornas, auxquelles on accède par une échelle en fer ancrée dans la roche jusqu’à la grille qui ferme la cavité, et dont les peintures noires sont très estompées par la couleur noircie du support rocheux de la grotte, étant à peine perceptibles depuis l’extérieur de la grille.

En longeant la rive gauche de la rivière, à l’abri des falaises calcaires et au milieu d’une abondante végétation riveraine, nous atteindrons la zone de la Fuente del Batán, qui dispose de tables de pique-nique où nous pourrons nous reposer et prendre une collation. Nous traverserons ensuite la rivière à deux reprises, en utilisant des passerelles si elles sont en place et n’ont pas été déplacées par les crues de la rivière, et en 30 minutes à peine, nous arriverons à Obón.

Carte routière

Profil de l’itinéraire

Respectez le parc lors de votre visite

Recommandations et normes

Sur l’un des itinéraires balisés du parc, vous pourrez explorer des paysages d’une grande valeur écologique et paysagère, mais cette zone abrite également une importante collection de peintures rupestres protégées par la loi et déclarées patrimoine mondial.

N’oubliez pas que nous avons tous le droit de profiter de l’environnement et aussi le devoir de le préserver.

Les abris avec des peintures rupestres et certains sites archéologiques ont des clôtures de protection. Il est indispensable d’être accompagné de guides agréés. Les numéros de téléphone de contact sont disponibles dans les mairies, les offices de tourisme et les centres d’interprétation des différentes villes qui composent le parc culturel.

Il aide à la conservation des peintures rupestres. Ne les touchez pas, ne les arrosez pas et respectez les clôtures de protection. N’oubliez pas qu’elles constituent un héritage unique mais très fragile, et que nous devons les préserver si nous voulons continuer à en profiter dans le même environnement que celui dans lequel elles ont été peintes il y a des milliers d’années.

La prospection et les fouilles archéologiques et/ou paléontologiques sans les permis correspondants sont strictement interdites, conformément à la loi 3/1999 sur le patrimoine culturel aragonais. Il collabore à la préservation du riche patrimoine historique, culturel et ethnographique du parc.

Gardez l’environnement propre. Ne pas jeter de détritus ou de déchets.

Rappelez-vous qu’il est interdit d’allumer des feux, ainsi que de jeter des mégots de cigarettes, du verre et d’autres objets susceptibles de provoquer un incendie.

Respectez la nature. Ne déracinez pas les plantes, ne polluez pas l’eau et ne capturez pas ou ne dérangez pas les animaux et les oiseaux. Beaucoup d’entre eux ont leurs sites de nidification dans ces zones.

Si vous comptez marcher sur l’un des itinéraires de randonnée, portez des chaussures de sport confortables (baskets ou bottes). Bien que les itinéraires soient très accessibles, avec les bonnes chaussures, vous marcherez de manière plus sûre, en évitant les chutes et les entorses.

N’oubliez pas que vous vous déplacez dans une zone naturelle et, bien que les itinéraires soient préparés, n’oubliez pas de prendre quelques précautions. Ne quittez pas l’itinéraire balisé et faites attention en traversant des zones rocheuses et aquatiques, surtout si vous êtes avec des enfants.

Itinéraires du Parc culturel de la rivière Martín

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos. Configurar y más información
Privacidad