Sélectionner une page
Villages

Peñarroyas

Données

Ancien nom : Peñas Royas
Démonyme: Peñarroyero
Population: en 1900, 409 habitants. / en 1950, 313 hab. / en 1991, 30 hab. / en 2019, 8 hab.
Altitude: 820 m

Itinéraires à partir du village

Services

Hébergement
Q

Hébergement

MAISON DE TOURISME RURAL « CASA AMBROSIO ».

C/ Mayor s/n
978 750564 – 696 019181
Ouvert : toute l’année.
Capacité : 4 chambres doubles avec salle de bain et 1 chambre triple avec salle de bain.
Equipement : Cheminée, télévision, bibliothèque, salon et chauffage.

(Voir hébergement à Montalbán)

Le village

Le village de Peñarroyas, situé sur la rive gauche de la rivière Martín, est actuellement un hameau de la municipalité de Montalbán. Elle est encore communément appelée Peñas Royas, en raison de la couleur rouge marquée des rochers abrupts qui composent les formations de grès, au pied desquelles la ville s’est développée et qui canalisent la rivière Martín et bordent la ville au nord. Ces grès du Trias (grès rouge de Buntsandstein), populairement connus sous le nom de Rodeno, ne façonnent pas seulement le paysage de la région mais ont également façonné l’architecture particulière de ce village, qui est bien préservée tout en conservant la saveur populaire traditionnelle. Peñarroyas nous offre des bâtiments dans lesquels se distinguent la présence de pierres de taille bien travaillées en pierre odeno et l’abondance de points de vue – terrasses ensoleillées sur les hauteurs.

D’autre part, les affleurements de matériaux carbonifères au sud de la localité – les plus anciens du parc culturel – font également partie de l’architecture, en utilisant les dalles caractéristiques de couleur grisâtre qui, entremêlées dans certains cas avec les grès rouges des constructions, forment de beaux contrastes. Il convient de noter l’abondance de petites constructions traditionnelles, connues sous le nom de « cochiqueras », utilisées pour l’élevage et l’engraissement des porcs pour les « matacías » (abattage) typiques de l’hiver, qui constituent le pilier de l’économie familiale.

La rue principale est un prolongement de la route locale de Montalbán, qui se termine dans le village, mais qui, étant donné l’étroitesse des bâtiments à son entrée, ne permet pas la circulation routière. La rue suit le niveau de la courbe de niveau, de sorte que les pentes ne sont pas importantes, et traverse le village en direction du nord, parallèlement au cours de la rivière Martín. Des deux côtés de la rue, les bâtiments se sont développés, s’adaptant aux terrasses au pied de la colline sur laquelle se trouve la ville. La plupart d’entre eux ont trois étages. La place abrite les deux bâtiments les plus importants de Peñarroyas, l’ancien hôtel de ville et l’église de Santa María la Mayor.

L’hôtel de ville a deux étages et est réalisé en maçonnerie de chêne, conservant dans l’étage inférieur l’ancienne halle du marché avec deux arcs en plein cintre sur une colonne centrale, fermée par des menuiseries et des vitres qui ont permis d’adapter son utilisation pour en faire aujourd’hui un bar et un centre social. À l’étage supérieur, il y a encore deux pièces où se trouve l’ancienne école locale, aujourd’hui un musée.

Ce bâtiment est rattaché à l’église de Santa María La Mayor, et suit sa typologie de construction, en maçonnerie. Bien que dans le cas de l’église, elle présente une bonne maçonnerie dans les coins. Cette petite mais charmante église possède une simple porte semi-circulaire donnant sur la place, au-dessus de laquelle se trouve une niche qui devait être présidée par le saint patron de l’église. Au-dessus, une ouverture permet à la lumière naturelle d’éclairer l’intérieur de l’église. Du côté de l’épître s’élève une petite tour, également en maçonnerie et en bonne pierre de taille, qui forme deux corps, le inférieur carré avec une corniche et le supérieur octogonal et avec des ouvertures en demi-cercle. Dans la partie supérieure du village, on trouve la construction en pierre de taille de l’ermitage de Santa Bárbara.

Après la place, l’axe principal se ramifie dans deux directions. D’une part, en poursuivant le niveau, il continue sur un chemin vers le quartier traditionnel des époques -Les rues de la périphérie de la ville qui, dans de nombreux cas, sont pavées de dalles d’odeno, formant des silhouettes géométriques et radioconcentriques autour d’une dalle centrale, et passant par les gravures rupestres des puits de BolletesLe chemin meurt dans la rivière à un détroit dont les puits portent le nom de la rivière. De l’autre, la rue meurt après s’être connectée à la hauteur d’une ancienne un petit monument en pierre dédié à Saint Antoine l’Abbé qui marque et indique la direction, avec un chaussée pavée qui nous aide à nous élever vers le Alto del PortilloIl se trouve à la confluence des chemins menant aux villes voisines d’Obón et de La Hoz de la Vieja et constitue un point de vue spectaculaire qui montre la richesse exceptionnelle des vues et la variété chromatique du paysage harmonieux de Peñarroyas et de ses environs.

Esta web utiliza cookies propias y de terceros para su correcto funcionamiento y para fines analíticos. Al hacer clic en el botón Aceptar, acepta el uso de estas tecnologías y el procesamiento de tus datos para estos propósitos. Configurar y más información
Privacidad